Rechercher
  • Rosula Blanc

Voyage en Chine

28-30.9.2014 Conférence internationale sur le yak

Avec Sonja nous nous sommes rendues à la "5th international conférence on yak" à Lanzhou en Chine. Conférence académique ou les dernières recherches autour du yak sont présentées: développement durable de " l'industrie du yak", changements climatiques, changements environnementales et économiques, ressources génétiques et élevage, systèmes de pâture, surexploitations des pâtures, nutrition, reproduction, physiologie et médecine...Sonja et moi nous y avons présenté le travail de l'association Suisse des éleveurs de yak et le livre d'élevage que nous avons en suisse pour les yaks. J'y ai aussi donné un résumé de la Transalpine que nous avons fait avec les yaks avec mes observations sur le comportement des yaks. Je n'étais pas sûre qu'un tel travail pratique qui pour le moment ne peut qu'être descriptif sans conclusions serait accepté à une telle conférence, mais j'avais envie de au moins essayer de poser la question sur le comportement du yak... J'ai essayé de mon mieux... Et j'ai été très surpris des réactions positives de l'audience.  Beaucoup de gens sont venu me parler pour dire que la présentation leur avait plu, qu'ils avaient été touchés par le courage de la démarche et par l'enthousiasme que deux filles suisses portent aux yaks pendant que dans leur pays tellement des jeunes veulent abandonner le yak. C'était bien le message que nous voulions transmettre et ces témoignages m'ont touchée à mon tour. Le deuxième jour de la conférence se penchait sous la direction de l'ICIMOD (International Center for Integrated Mountain Development, Kathmandou) plus en détails sur la coopération et les échanges transfrontaliers dans la région Himalayenne... Ou les problèmes survenus après la fermeture des frontières parce qu’il n'y avait plus d'échange de cheptel ou plus d'accès aux pâtures estivales ou hivernales traditionnelles. Il y a eu beaucoup de présentations passionnantes qui relatent un peu les situations que nous connaissons des deux projets autour du yak que nous soutenons dans le Dolpo et le Zanskar.


30.9.2016 Datong Yak Farm

Visite de la grande ferme étatique "Datong Yak Farm" dans la province de Qinghai ou ils élèvent une race spéciale le "Datong yak" croisement entre une femelle de yak domestique avec un taureau de yak sauvage. La ferme a un cheptel de 25 000 yaks! Pour nous présenter leur élevage ils en ont descendu 2200 yaks des prairies et nous les ont montrés en quatre troupeaux: un troupeau de jeunes mâles de deux ans, un troupeau de femelles de trois ans, un troupeau de femelles de quatre ans avec leurs veaux et finalement un troupeau de femelles génétiquement sans cornes. Tous les troupeaux étaient encadrés par des cavaliers. C'était impressionnant de voir une telle masse de bêtes ensembles et comme ils se déplacent dans un grand mouvement du troupeau. Ensuite c'était la visite des taureaux reproducteurs, eux aussi avaient été descendu de leur pâturages pour nous.


31.9.2014 Tianzhu White Yak

Visite de la ville de Tianzhu et son élevage de yaks blancs. Des Tibétains qui ont immigrés dans la province de Gansu il y a environ 200ans ont amené des yaks blancs avec eux. Ces yaks ont eu beaucoup de succès parce que leur laine est facile à teinter. Depuis environ 25 ans la ferme étatique de la province se concentre sur l'élevage d'un cheptel blanc. Ils détiennent environ 500 yaks à la ferme pour pouvoir fournir des taureaux d'élevage de qualité aux petits éleveurs (ils semblent qu'ils prennent les taureaux pendant l'hiver pour qu'ils soient bien nourris et en bonne santé et les redistribuent aux éleveurs pour la saillie.) Dans les alentours de Tianzhu on estime qu'il y a environ 50 000 yaks blancs. Dans le troupeau que nous avons visité tous les yaks avaient été tondu, c'est à dire on leur avait coupé les longs poils de la queue et sous le ventre. Ces poils semblent se vendre à un prix de 60-70$ le kg pour faire des perruques.

Nous passons une magnifique soirée avec un excellent dîner chinois et beaucoup de rires avec les plus éminents scientifiques spécialistes du yak.


1-5.9.2014 Qinghai

Impression des hauts plateaux dans les alentours de Gangcha près du Qinghai lake. Dorjee qui est en train de créer son entreprise basée sur la laine de yak et son ami Anju, le prof d'anglais de l'école de la ville nous emmènent en moto voire les troupeaux de yaks dans les collines du "grassland".

Nous avons passé une nuit dans les collines bleues chez la tante de Dorjee, Dontso Kyi. Nous allons chercher les yaks sur la montagne avec sa fille, Kelsang Tso, et sa nièce, Tsering Tso, et accompagnons les femmes quand elles vont traire les yaks (dri).


6.9.2014 Gangcha

En rentrant des collines du haut plateau nous avons passé une journée dans la ville de Gangcha. Cette ville a été créé il y a environ 40 ans pour sédentariser les nomades. Le boom de construction y est immense comme dans toutes les villes chinoises. Ce qui est étonnant ici, c'est que cela construit, construit, construit - mais à part des deux rues principales de la "vieille ville" c'est vide! Des quartiers entiers de petites maisons pour y caser les nomades, des places de jeux, des places de sport, des écoles, des structures d'un semblant religieux, des surfaces pour magasins, des ateliers pour entreprises - mais tout est vide, il n'y a personne. En plus de la ville qui est construite pour sédentariser les nomades, il semblerait que le gouvernement a une ambition touristique pour Gangcha qui est situé proche du Qinghai lake, destination touristique des Chinois. On s'y applique donc à faire quelque chose de splendide, monumental, fignolé jusque dans les plus petits détails de lampadaires, de poubelles publiques, de panneaux d'indications... Le long des rues des plantations d'arbres, des canaux ouverts avec de l'eau sur la place centrale... Il y a une somptueuse promenade au bord du fleuve avec des pavillons de loisir, des stupas, des tas de pierres de mani neuves - mais nous sommes les seules à nous y promener et de nous installer dans un pavillon et boire une bière avec nos amis tibétains. Une ville fantôme, une sorte de Disneyland irréel...

11 vues

© 2019 Yak shu lo ché