TaïChi

 

Le TaïChi est un enchainement de mouvements effectués avec délicatesse qui naissent du silence intérieur. La pratique de cette chorégraphié douce assouplit le corps et les articulations, tout en recherchant l'harmonie de l'homme avec l'univers.

J'ai appris le TaïChi de "Living Tao", une forme de TaïChi paysanne du Sud de la Chine qui a été rassemblée et enseignée par Chungliang Al Huang. Chungliang a appris le TaïChi dès son enfance, mais il a travaillé des années durant comme danseur classique; Ursula de Almeida-Goldfarb chez laquelle j'ai appris le TaïChi était aussi danseuse (de style afro-américain); et moi-même, j'ai fait mon apprentissage dans le butoh, danse avant-gardistes japonaise très rigoureuse, avant de rencontrer le TaïChi. Après trois générations de danseurs, je suis sûre que le TaïChi que j'enseigne garde une légère odeur de danse dans la façon de l'expliquer, de le voir, de le sentir, de le vivre. Sans être superflu, décoratif ou extérieur - mais dans une joie profonde du mouvement vrai.

Référence: Chungliang AL HUANG (1986). Tai Ji Danse du Tao. Paris: Editions Guy Trédaniel.

 

Cours hebdomadaires

 

Note:  Les cours de QiGong et TaiChi sont suspendu jusqu'à nouvel avis. La Confédération oblige le Pass sanitaire pour tous les groupes d’entrainement (même les plus petits). Or j’enseigne dans les cours de QiGong et TaiChi la reconnection à soi, apprendre à écouter et faire confiance au ressenti de notre corps, de notre énergie, de notre rythme interne et croire en notre vérité. Vu cela, je ne veux et ne peux pas faire la discrimination entre mes élèves d’après leur choix de santé et le choix concernant leur corps.