Rechercher
  • Rosula Blanc

Grisons I

Mis à jour : 29 oct. 2019

La première semaine du trek à travers l’est des Grisons est imprégnée de l’intense beauté de la montagne et d'un esprit de découverte et d’improvisation de moment en moment. En route avec Regina Gwerder qui a plus de trente ans d'expérience d’alpage, ce ne sont pas les kilomètres qui comptent pour nous dans cette aventure, mais la présence, l’être, cet instant vécu et partagé avec la nature qui nous entoure et les animaux que nous menons. Nous sommes avec la montagne, les yaks et le moment. Partis depuis Tinizong à côté de Savognin, le deuxième jour déjà, le Pass digl Orgels s'avère infranchissable pour les yaks à cause d’un passage d’une cinquantaine de mètres dans des gros blocs. Nous revenons en arrière et passons par le Pass d’Ela, nous sommes émerveillés par la beauté du paysage que cela nous fait découvrir, pleins de gratitude pour ce détour. Pour Tsarang, le long transport en bétaillère à travers la Suisse était plus traumatique que je n’aurais pensé, il a très peu d’énergie, le matin après la tempête il tremble de froid ce qui est très rare chez les yaks et nous fait violemment signe avec ses cornes qu’il ne veut et ne peut pas, qu’il a besoin de repos. Nous ralentissons et raccourcissons les étapes pour qu’il ait assez de temps de manger et se reposer. La tempête a amené de la neige en altitude. En montant le Val Tuors nous observons le paysage. Le vallon de Salect que nous pensions emprunter à l’air bien enneigé et froid, pendant que dans un vallon latéral le soleil a fondu la neige sur le versant sud – ce qui nous invite à modifier notre parcours et faire un autre détour. Le Val da Ravaisch est une magnifique découverte. Nous campons à côté d’une cabane d’alpage avec un petit banc abrité avec une vue splendide sur les montages. Tout cela se fait avec une grande légèreté et fluidité et un plaisir profond juste d’être dans la montagne, avec les yaks, en mouvement - lent, mais remplies d’émerveillement devant ces paysages automnaux sauvages et silencieux. J’apprécie énormément de voyager ainsi.

Pass digs Orgels

Pass d'Ela

Descente du Pass d'Ela

Corn da Tinizong

Descente sur Bergün


Lai da Ravaisch



Descente sur Vereina

Vrai parcours d'obstacle dans le Vereina...

A Klosters nous sommes accueilli par Bartli Gruober, éleveur de yaks lui aussi, qui nous met à disposition son mayen dans le lotissement Valser à Schlappin, ainsi qu’un grand pâturage pour les yaks et nous invite à y faire une journée de repos qui est la bienvenue pour les yaks. J’en profite pour d’aller chercher ma voiture qui sort du garage et la garer avec la bétaillère à Malans à l’arrivée du trek. Regina qui a d’autres obligations nous quitte et rentre à la maison et Léna me rejoint avec Anuun pour la deuxième partie du trek.


143 vues

© 2019 Yak shu lo ché