Rechercher
  • Rosula Blanc

Errances nomades

Ces jours Naulekh, Tsarang et moi - et Anuun - nous sommes partis nous balader. Sans but précis, juste être ensemble dans la montagne lumineuse de ce mois de novembre. Je me laisse porter par les yaks, ils se laissent inspirer par moi. Bercés par le silence profond de la montagne déserte où il n’y a plus personne le cœur se relaxe dans l’immensité de l’espace.



J’adore ce travail en liberté qui demande de lâcher prise et s’ouvrir à la confiance.


Je retrouve une joie d’être, une harmonie intérieure. Et peut-être pas que moi, je crois les yaks aussi ont du plaisir de ces errances nomades. Tsarang après sa longue blessure et Naulekh après avoir passé les semaines depuis notre rentrée pour la plus grande partie du temps couché au fond de l’écurie comme s’il ne savait plus quoi faire avec sa vie. Il semblait aussi perdu que moi avec cette fin abrupte du voyage. A quelques jours de la rentrée il a fait une immense crise de gale, tout son corps est couvert de croûtes. La sécrétion qui suinte des plaies forme des petites gouttelettes qui ressemblent à des larmes - comme si tout son corps meurtri pleurait.... mais peut-être c’est son âme qui pleure... Naulekh et moi qui adorent tellement voyager... A l’image du corps de Naulekh, je sentais mon âme à fleur de peau pleurer silencieusement, noyée dans un vide intérieur. Me fondre dans le silence de la montagne et l’immensité de son espace m’apaise et me ramène à l’essentiel en moi-même. La connexion profonde avec mes yaks me nourrit et l’affection de Naulekh me touche profondément.

Des moments d´amour.

Des moments de joie de vivre.

Des moments de bonheur.

112 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout