top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurRosula Blanc

Les amis des yaks

Je réfléchis beaucoup au futur de la ferme, à la direction à prendre et à la façon de faire les choses. J’ai envie de vous partager mes visions. Avec ce blog, j’ai envie de lancer une idée, de planter une graine. Et de voir ce qui peut en pousser...


Ca fait 15 ans que je suis ici à La Giette avec les yaks, dont six ans seule. J’ai tout donné, j’ai testé mes limites, dépassé mes peurs, je suis tombée et je me suis relevée... En face de la montagne, du travail de la campagne, de la grande Nature, les hivers solitaires, les avalanches et la présence des grands prédateurs. J’ai accompagné mes animaux dans la vie et dans la mort et mené mon troupeau à travers les saisons.

 


La ferme est bien entretenue, le troupeau a beaucoup d’expérience et de calme, les treks ont du succès, le petit magasin enchante.... C’est un beau projet qui s’est bien établi. Une belle petite ferme - difficile, mais avec le charme de la montagne - un bel endroit, une situation extraordinaire, un troupeau unique.

 

" La ferme " Yak shu lo ché " - avec la beauté des bâtiments anciens, le soin apporté à la terre dans toute sa diversité, les murs en pierres sèches, l'artisanat, le verger des Abelires avec les anciennes variétés d'arbres fruitiers, les animaux et leurs histoires - est comme une œuvre d'art dynamique qui s'affine et s'élargit sans cesse. C'est un lieu ou des histoires peuvent se créer et être transmises, un lieu de rencontres et d'activités. C'est un espace de possibilités. C'est un mode de vie. "


Mais plus que j’avance, je ne vois pas beaucoup de sens à continuer de faire cet immense travail

« juste pour moi ». Je l’ai testé, je l’ai fait, j’ai prouvé que j’en suis capable, je n’ai pas besoin de le répéter encore et encore. J’aimerais avoir plus de temps pour de la création, plus de temps pour les voyage avec les yaks, plus de temps pour la recherche et la transmission.


Aussi, je ne rajeunis pas, mon corps commence à fatiguer un peu. Je ne peux pas porter tous les travaux de la ferme seule ( très concrètement : il y a plein de objets que je ne peux porter seule). Aussi, je ne peux rentrer le foin avant l’orage seule même si je sais travailler très vite. Inévitablement j’ai besoin de personnes qui me soutiennent de-ci de-là.

 

Pour garder mon élan, mon inspiration, mon énergie et ma joie, j’ai envie et besoin de partage, de communauté, d’inspirations, de collaboration et de co-création.

 

J’aimerais créer un groupe d’amis, une communauté légère des « Amis des yaks » comme un pool de soutien, d’aides, de talents, de collaborateurs, de bergers potentiels - plein de couleurs et de possibilités...

 

Pour partager de temps en temps des journées de travail en commun autant que de partager des moments joyeux avec les yaks.

 

Je cherche :

 

  • Des aides pour les foins en juillet (et août) - pour quelques heures, quelques après-midis, quelques jours - pour aider à tourner et ramasser le foin avec râteaux et fourches. Chaque année je fais un groupe whatapp avec les personnes potentiellement disponibles ou je publie les jours et heures de travail et les personnes disponibles répondent librement. Plus que nous sommes dans le groupe, plus le travail est léger et joyeux.

  • Des aides pour les clôtures au printemps (2-3 journées de clôtures)

  • De temps en temps d’autres journées de corvées (comme la construction et le démontage du « bidonville des yaks »)

  • Des personnes qui ont le plaisir de garder le chalet, les chats, les chiens et les yaks pendant mon absence

  • Une équipe de bergers-caravaniers motivée et compétente pour m’accompagner sur les treks avec les yaks

  • Des personnes qui ont envie de m’accompagner et de s’investir dans l’éducation des jeunes yaks 


Je suis ouverte à d’autres idées et collaborations artistiques…


Contacez-moi si cela vous parle et si vous avez envie de faire partie des "Amis des yaks"



P.S. Pour le moment je n'ai pas la possibilité de loger des personnes et faire du woofing dans ma maison minuscule. Je sais que c'est ce que beaucpoup de personnes qui viennent de plus loin auraient envie de faire - échanger leur travail contre une immersion avec les yaks. Je réfléchis à des solutions.. ou des possibilités...





133 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page