Rechercher
  • Rosula Blanc

Chaleur



Matin splendide dans notre camp d’altitude. La journée de repos a fait beaucoup de bien aux yaks. Pascale a retrouvé la tringle. Descente très raide dans cette montagne sauvage, chemin à peine perceptible. Petit alpage fermé et descente encore plus raide dans la forêt. Les yaks sont incroyable comme ils gèrent la pente. Dans le fond de vallée et surtout sur les routes goudronnées il fait très chaud, nous transpirons tous, les yaks halètent. Montée très raide sur un petit sentier...mais y-a-t-il ici autre chose que du raide? Il fait toujours trop chaud pour les yaks qui montent vaillamment. Nous arrivons vers la Ludwigsburgerhuette où nous sommes accueillis gentiment, mais nous ne pouvons camper à côté de la cabane car il y a le bétail. On nous conseille de monter vers l’alpage supérieur. De l’eau? Non il n’y a pas d’eau sur le plateau. Encore une nuit sans eau - nous nous habituons à un régime très restreint en eau sur ce voyage. Nous remplissons une bouteille de pet et nos gourdes à la fontaine pour la cuisine du soir, les yaks ont pu boire au ruisseau... nous ferons avec. Magnifique vu sur les montagne en haut, beau camp et miracle: une flaque d’eau pour les yaks, juste là où nous nous arrêtons.

63 vues

© 2019 Yak shu lo ché