top of page
Rechercher
  • Rosula Blanc

Laani - et son île

Dernière mise à jour : 4 déc. 2022

Un mois que Nuuri et Laani sont arrivés à la Giette!


Les premiers jours, Laani les a passé en boule sous la table de la cuisine. Comme ce n'était pas très pratique et agréable pour moi de passer du temps avec lui sous la table, je l’ai convaincu à déménager sur le futon dans la pièce de séjour. Au début, je l'ai recouvert avec une couette pour qu'il ait sa petite "grotte". J'ai également placé un grand coussin à côté de lui pour qu'il puisse se cacher. Il a ainsi accepté le coin du futon comme lieu de retraite.


Petit à petit, le futon est devenu son "île". Sur cette île sûre, il peut se détendre de plus en plus. Quelle joie quand je le vois dormir pour la première fois, complètement détendu, étendu de tout son long! Quelle joie de l’observer s’y attaquer à un os en utilisant tout son corps pour s'adonner pleinement au grignotage ! Par contre, il faut lui apporter l'os sur son île. Il vient à ma rencontre jusqu'à la "rive" et tend le cou pour prendre l'os, mais il ne descend pas de son île.


"J'ai très peur. Je me fais tout petit. J'aimerais être transparent, invisible. J'aimerais disparaître."

"Quand j'ouvre les yeux, je suis sur une île."

"Dans l'immensité du monde inconnu, le futon est mon île."

"Sur mon île je suis en sécurité."

"Quand je dors, je peux étendre mes longues jambes."

"De temps en temps, je rêve de mon frère Laurentino."

"J'ai des visites qui viennent me voir sur mon île."

"Ils m'ont apporté un os."

"Ca me fait plaisir."


Ce qui est difficile pour lui, c'est de quitter son île. Il n'a jamais vraiment exploré la maison. Mais comme il a été propre dès le début, il s'est toujours précipité vers la porte en toute vitesse pour sortir dans le jardin pour faire ses besoins. Il était ensuite encore plus difficile pour lui de rentrer. La peur du seuil était plus grande venant de l’extérieur. Le sentiment d'être attaché le faisait également paniquer. Si je le tenais par le harnais de sécurité, il voulait partir en courant ou s'effondrait sur le sol et ne faisait plus un pas. Nous nous sommes entraînés à sortir pas par pas. Après trois semaines. Je lui ai enlevé l’harnais de sécurité et je l'ai laissé sortir dans le jardin sans la laisse - une grande libération pour lui. Mais maintenant, il lui fallait souvent plus d'une demi-heure pour oser franchir le seuil de la maison pour revenir à l’intérieur. Il prenait de l’élan, arrivait jusqu'au seuil de la porte, s'arrêtait, n'avait pas le courage de franchir le seuil pour entrer dans la maison, repartait, revenait, repartait et revenait encore.... Jusqu'à ce qu'il y parvienne. Si je voulais l'aider et aller vers lui, il paniquait et commençait à faire des allers-retours effrayés dans le jardin. Dans cet état, je ne pouvais plus le toucher.... J'ai dû le laisser faire lui-même. Lorsqu'il parvenait à retourner sur son "île sûre", je lui faisait la fête. Maintenant, il a appris à sortir ou à entrer quand on l'appelle et il est à chaque fois très fier d'y être parvenu. Moi aussi, je suis fière de lui !


"Mais il y a un problème... de temps en temps je dois quitter mon île...."

"Pour arriver sur l'île du jardin, il faut se jeter à l'eau et traverser l'océan de l'espace inconnu ..."

"Je me dépêche autant que je peux..."

"Je suis tellement soulagé quand j'ai réussi!"


Le jardin devient de plus en plus son espace où il peut courir librement et parfois même jouer un peu avec Nuuri ou d'autres chiens. Alors qu'il est extrêmement calme à l'intérieur et ne bouge presque pas, il est souvent hyperactif à l'extérieur. Pour évacuer son stress intérieur, il fait des allers-retours derrière la maison. Lorsqu'il entend des bruits inhabituels ou que des gens passent sur le chemin, il est particulièrement inquiet et va et vient avec agitation.


Il a également peur d'accepter un os à l'extérieur. Si je lui pose un os par terre, il s'enfuit d'abord. Puis il fait plusieurs des allers-retours, jusqu'à ce qu'il ose prendre l'os et se retirer avec. Il ne peut pas manger tranquillement, encore moins ronger un os. Il est toujours aux aguets. Il doit toujours vérifier. Il pense que c’est un piège. Au moindre mouvement ou bruit, il laisse tomber l’os et s’enfuit. Nuuri en profite alors pour lui voler l'os....


Laani ne se laisse pas encore vraiment toucher à l'extérieur. Il vient certes en courant, tout excité, et vous touche peut-être même avec le nez, mais s'enfuit aussitôt, comme s'il était lui-même étonné de son propre courage. Par contre, il aime les visites. Cela le stimule et il s'entend bien avec d'autres chiens. Donc je fais des "dog parties"... Ainsi le monde vient (à petites doses) vers lui - jusqu'à ce qu'il soit prêt à sortir lui-même dans le monde.




175 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Flocons

Hiver

bottom of page